Chercher l’abyme

Dans le même ordre d’idées que dans Se reconnaître, la figure du chien est utilisée avec les mêmes stratégies de confection. Cette fois-ci, plutôt que d’utiliser le miroir, ce sont des facettes de stratifié (formica) qui reproduisent la forme de l’animal. Celui-ci est déposé sur un miroir sans tain (6 pieds par 4 pieds) sur ses quatre pattes et semble enfoncer sa tête dans le verre comme il pourrait le faire dans l’eau. À cet endroit précis, sous le miroir sans tain, un effet de mise en abyme dû à la présence d’un miroir et d’un tube fluorescent circulaire. La lumière du tube se réfléchit des dizaines de fois jusqu’à s’estomper, comme si l’action du chien créait de la profondeur.

Exposition

Galerie des arts visuels de l’Université Laval, Québec, QC, 2012

MAC BSP, Baie-Saint-Paul, Québec, QC, 2018