Se reconnaître

Ce projet de sculpture introduit dans ma pratique une proposition beaucoup plus figurative qu’à l’habitude. Un assemblage de facettes de miroir polygonales construit la représentation assez fidèle d’un chien. Celui-ci ressemble à un lévrier qui tend la patte. La sculpture est placée devant un grand miroir carré (six pieds de côté). Le chien de miroir semble se regarder dans le miroir, créant une mise en abyme.
Le choix de reproduire l’image d’un chien évoque le comportement humain. Je ne souhaitais pas renvoyer à l’idée d’instinct, mais plutôt à celle d’un animal si domestiqué qu’il reproduit l’attitude de ses maîtres.
Expositions
Galerie des arts visuels de l’Université Laval, Québec, QC, 2012
Séquence, (Centre Bang), Chicoutimi, QC, 2012
MAC BSP, Baie-Saint-Paul, QC, 2017